Par : claudeh

Chantecoq

Chantecoq

Chantecoq, canton de Courtenay, arrondissement de Montargis.
Origine du nom : Capella de Cantu Galli (1162) endroit où chante le coq.
Au recensement de 2010, il y a 535 habitants, appelés Chantecoquois et Chantecoquoises .
Superficie : 15,93 km².
Altitude : de 115 mètres à 167 mètres.
Hydrographie : la Cléry (ou Clairis).

Les armes de Chantecoq se blasonnent ainsi :
d’or à un coq de gueules cantonné de quatre tourteaux du même.

Histoire de Chantecoq


La commune de Chantecoq était bien occupée à l’époque de la préhistoire comme le témoignent deux polissoirs en cliquart,

et le menhir "de Coinche" en poudingue de petite taille (1,60m) dont la particularité est d’être percé à mi-hauteur.

Menhir de la Coinche

Cette seigneurie, qui s’appelait Courtainville, du temps où les Courtenay et la reine Blanche possédaient le château qu’habitèrent, en 1333, Philippe VI de Valois, et, en 1353, Jean le Bon, s’est appelée Chantecoq, à partir des guerres de religion, son château ayant été assiégé par les Huguenots, au chant du coq, et rasé.

Lieu-dit Le Fretoy

Au lieu dit Le Frétoy, il existait un château de ce nom qui servit de refuge, contre les persécutions, à saint Denis lorsqu’il vint prêcher la foi dans cette région.
Les deux châteaux du Courtainville et du Frétoy avaient deux chapelles. Il ne reste plus trace des uns ni des autres.
Aujourd’hui, il ne reste plus que :
. un mur qui laisse supposer qu’il y avait deux étages,
. la courtine du midi assise sur cinq arches demi cintrées,
. les souterrains dont les galeries avec arcs doubleaux en ogives sont d’un grand intérêt (route de la Selle-sur-le-Bied).

Eglise Saint Fiacre ou Saint Denis

L’église Saint Fiacre ou Saint Denis (selon les historiens) à une nef sans transept et un seul collatéral séparé de la nef par trois grosses colonnes supportant quatre archivoltes en plein cintre. Le collatéral, partie la plus ancienne, date de la fin du XIIè siècle.

L’église, détruite par les protestants, a été restaurée au XVIe siècle. En 1793, le curé Rocher, arrêté, fut sauvé, au 9 thermidor, par la mort de Robespierre ; il revint mourir dans sa paroisse.

Sources : Mairie de Chantecoq, (Extrait de : Histoire générale illustrée des départements : Le Loiret Edition de 1910, Maurice Pignard-Péguet) et Wikipédia.

Documents joints